NUL BESOIN D’UN SUBSTITUT

Tandis que j’étais en visite chez mon fils, à San Diego, nous avons décidé d’aller entendre David Jeremiah prêcher à l’église Shadow Mountain. Steve et moi nous sommes levés tôt le dimanche matin et avons fait le trajet d’une heure pour nous rendre à cette église. Cependant, notre anticipation s’est changée en déception lorsque nous avons découvert que Monsieur Jeremiah ne s’y trouvait pas ce jour-là. C’était « quelqu’un d’autre » – un substitut – qui y prêchait. Quelques semaines plus tard, je devais prêcher à l’église que ma femme et moi fréquentons à Grand Rapids. Me tenant devant la congrégation, j’ai pris conscience que j’étais pour l’instant « quelqu’un d’autre » et que les personnes présentes étaient peut-être déçues d’apprendre que j’étais celui qui allait prêcher, et non notre pasteur, qu’elles étaient venues entendre. Même si nous sommes à l’aise en compagnie de ceux que nous connaissons bien et de qui nous dépendons, nous devons reconnaître qu’il est parfois possible de les remplacer. Par contre, celui de qui nous avons le plus besoin – de qui notre vie même dépend – est toujours là (Ps 139.7,8). Si nous désirons entrer en présence de Dieu dans la prière, il est toujours là: « Le soir, le matin, et à midi, je soupire et je gémis, et il entendra ma voix » (Ps 55.18). Cherchez-vous Dieu? Il est toujours là, à proximité. Nul besoin d’un substitut. Dave - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire