JOUER MALGRÉ LA DOULEUR

Le lanceur Gary Carter, intronisé au Panthéon du baseball, était disciple de Jésus. Au cours de sa carrière de dix-neuf ans, il a puisé force et endurance dans sa foi en Dieu afin de donner sa pleine mesure jour après jour. Dans un article du Wall Street Journal paru peu après que Carter est mort d’un cancer du cerveau à l’âge de 57 ans, l’auteur Andrew Klavan a raconté comment Carter avait influencé sa vie. Vers la fin des années 1980, Klavan était dans le creux de la vague. Il songeait au suicide. C’est alors qu’il a entendu Carter en entrevue après un match. Son équipe, les Mets de New York, avait remporté la victoire, à laquelle, malgré son âge, il avait contribué en courant de toutes ses forces à un moment crucial du match. On avait demandé à Carter comment il y était parvenu avec ses douleurs aux genoux. Il avait répondu en gros : « Parfois, il faut juste jouer malgré la douleur », une simple affirmation qui avait aidé Klavan à sortir de la dépression. Je peux y arriver ! s’était-il dit. Encouragé, il avait retrouvé l’espoir – et il en était venu par la suite à croire en Christ. La vérité réconfortante que Carter a exprimée provient du livre des Lamentations. Or, même si la tristesse, la souffrance et les épreuves sont notre lot à tous, rien ne nous oblige à sombrer dans l’apitoiement sur soi. Le même Dieu qui permet que nous souffrions répand également sa compassion sur nous (La 3.32). Avec l’amour de Dieu pour nous relever, nous pouvons – si nécessaire – « jouer » malgré la douleur. Davi - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire