SUSPENDU SUR LE NÉANT

Une mappemonde publiée par la National Geographic Society comporte cette note : « La masse terrestre est de 6,6 sextillions de tonnes. » Qu’est-ce qui soutient tout ce poids ? Rien. La planète que nous habitons tourne sur son axe à une vitesse de 1610 km à l’heure dans la course à travers l’espace de son orbite autour du Soleil. Il nous est toutefois facile de faire abstraction de cette réalité lorsque nous nous inquiétons relativement à notre santé, à nos relations et aux moyens de payer nos factures. Job, personnage de l’Ancien Testament, a souvent réfléchi à la création de Dieu pour donner un sens à toutes les pertes qu’il subissait en matière de santé, de richesse et d’enfants. Il a dit : « [Dieu] étend le septentrion sur le vide, il suspend la terre sur le néant » (Job 26.7). Job s’est émerveillé des nuages qui n’éclataient pas sous le poids de l’eau qu’ils renfermaient (v. 8) et de l’horizon « comme limite entre la lumière et les ténèbres » (v. 10), en disant que « [ce] sont là les bords de ses voies » (v. 14). La création en soi ne suffisait pas à répondre aux questions de Job, mais les cieux et la terre l’ont dirigé vers Dieu le Créateur, qui était seul à pouvoir y répondre en lui procurant de l’aide et de l’espoir. Le Seigneur qui soutient l’univers par « sa parole puissante » (Hé 1.3 ; Col 1.17) est maître de notre vie de tous les jours. Les expériences qui semblent être des « lieux vides » reposent toutes sur la puissance et l’amour de notre Père céleste. David - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire