UN SOUCI DÉCONCERTANT

Il y a un certain temps, j’ai écrit un article au sujet de ma femme, Marlene, et les problèmes que lui cause le vertige. Quand l’article a paru, je n’étais pas prêt à affronter le tsunami des lecteurs qui m’ont écrit pour m’offrir leurs encouragements, leur aide, leurs suggestions et, surtout, leur empathie par rapport à son état de santé. Ces messages provenaient de gens de tous les horizons vivant aux quatre coins de la terre. Ces expressions d’un intérêt bienveillant pour ma femme ont été si nombreuses qu’il nous était tout à fait impossible de répondre à toutes. C’était déconcertant, au meilleur sens du terme, de voir le corps de Christ réagir autant aux difficultés de Marlene. Nous en avons été profondément reconnaissants, et le sommes encore. À l’état pur, c’est ainsi que le corps de Christ est censé fonctionner. Notre amour sincère pour nos frères et sœurs en Christ en vient à prouver que nous avons nous-mêmes goûté à son amour. Lors de la sainte Cène, Jésus a dit aux disciples : « Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples » (Jn 13.34,35). Par ces lettres, Marlene et moi avons goûté à un amour et à un intérêt semblables à ceux de Christ. Avec l’aide de notre Sauveur et comme moyen de le louer, puissions-nous à notre tour démontrer ce genre d’amour envers les autres. Bill - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire