DES MOMENTS EMBARRASSANTS

Les gyrophares d’une voiture de police qui clignotaient m’ont amené à reporter mon attention sur une automobiliste que l’on avait interceptée en flagrant délit d’excès de vitesse. Tandis que l’agent retournait à sa voiture, calepin de contraventions en main, j’ai pu voir clairement la conductrice embarrassée se tenir déconcertée derrière le volant. Elle tentait de se cacher le visage de ses mains, dans l’espoir d’échapper aux regards des passants et de dissimuler son identité. Son geste m’a rappelé combien il peut être embarrassant d’être trahis par nos choix et leurs conséquences. Lorsque l’on a conduit une femme coupable devant Jésus pour étaler son immoralité en public, la foule ne s’est pas contentée de la regarder. Elle a réclamé sa condamnation, mais Jésus s’est montré miséricordieux envers l’accusée. La seule personne qui était apte à juger le péché a réagi au manquement de cette femme avec compassion. Après avoir dispersé ses accusateurs, « Jésus lui dit : Je ne te condamne pas non plus ; va, et ne pèche plus » (Jn 8.11). Sa compassion nous rappelle sa grâce empreinte de pardon, et l’ordre qu’il lui donne indique combien il désire que nous vivions dans la joie que procure cette grâce. Les deux éléments démontrent la profondeur du souci que Christ se fait pour nous lorsque nous tombons. Même dans les situations les plus embarrassantes que nos manquements nous attirent, nous pouvons crier à Dieu et découvrir que sa grâce est tout à fait étonnante. Bill - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire