PAS TOUT VIDES

Notre petite-fille Julia a passé l’été à travailler dans un orphelinat de Busia, en Ouganda. Le dernier jour de son stage, elle est allée dire au revoir à chacun des enfants. Une fillette du nom de Sumaya, qui était très triste de la voir partir, lui a dit : « Demain, tu nous quittes, et la semaine prochaine les autres tantines [ stagiaires ] partent. » Lorsque Julia lui a confirmé qu’elle allait effectivement partir, Sumaya a réfléchi une minute, puis lui a expliqué : « Mais on va être tout vides. Aucun de vous sera laissé ! » Julia l’a confirmé de nouveau. Après avoir réfléchi quelques instants, la petite Sumaya lui a répondu : « Mais Dieu sera avec nous, alors on sera pas tout vides. » Pour être honnête, on connaît ce sentiment de « tout vides ». C’est un vide que l’amitié, l’amour, le sexe, l’argent, le pouvoir, la popularité et le succès ne pourront jamais combler – le désir ardent de quelque chose d’indéfinissable, d’une valeur inestimable, mais de perdu. Toute bonne chose peut évoquer, reconnaître et éveiller en nous un désir plus grand de ce « quelque chose de plus » qui nous échappe. Un indice, un écho sur un visage, une toile, une scène, voilà ce qui nous en rapproche le plus avant de disparaître. « Nos désirs sont nos plus grands biens », nous dit C. S. Lewis. Nous avons été créés pour Dieu et, en fin de compte, rien de moins ne nous satisfera. Sans lui, nous sommes tout vides. Il est le seul à étancher notre soif par de bonnes choses (Ps 107.9). David - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire