DOUX PARFUM

Il y a des parfums qui sont inoubliables. Dernièrement, mon mari m’a fait savoir qu’il ne lui restait presque plus de crème à raser. « Je vais t’en acheter », lui ai-je offert. « Pourrais-tu acheter cette marque ? Son parfum me plaît beaucoup. C’est celle-là que mon père utilisait toujours », m’a-t-il demandé, en me montrant la bombe. J’ai souri en me remémorant la fois où un effluve du même shampoing que ma mère utilisait pour me laver les cheveux m’a ramenée en enfance. Chez Tom et moi, ces parfums suscitaient une réaction émotionnelle et évoquaient l’agréable souvenir de gens que nous aimions et qui avaient disparu. Oliver Wendell Holmes a dit : « L’odorat éveille plus facilement les souvenirs, l’imagination, les vieux sentiments et les associations que tout autre moyen. » Et si de notre vie émanait un parfum qui attirait les gens à Dieu ? Dans 2 Corinthiens 2.15, il est écrit que « [nous] sommes, en effet, pour Dieu le parfum de Christ, parmi ceux qui sont sauvés et parmi ceux qui périssent ». Notre parfum plaît à Dieu, mais il en attire également d’autres à lui ou les repousse. Nous qui comprenons le sacrifice de Jésus avons l’occasion d’être le « parfum de Christ » – un rappel de sa personne – auprès des autres. Le doux parfum de la ressemblance avec Christ peut irrésistiblement attirer les gens au Sauveur. Cindy - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire