AIMER RACONTER SON HISTOIRE

Lorsque l’auteur Studs Terkel cherchait un sujet pour son prochain livre, un de ses amis lui a suggéré « la mort ». Même s’il s’y est opposé au début, l’idée a commencé à faire son chemin, mais elle s’est concrétisée brusquement lorsque la femme de M. Terkel depuis 60 ans est décédée. Son livre s’est alors transformé en une quête personnelle : le désir ardent de savoir ce qui nous attend de l’autre côté, où sa bien-aimée venait de se rendre. Ses pages nous rappellent avec émotion notre propre recherche de Jésus, ainsi que les questions et les préoccupations que nous entretenons au sujet de l’éternité au fil de notre parcours de foi. Je suis reconnaissant d’avoir l’assurance d’être avec Jésus après notre mort si nous avons mis notre foi en lui pour le pardon de nos péchés. Il n’existe pas de plus grand espoir. Nous avons maintenant le privilège de partager cet espoir avec autant de gens que possible. L’apôtre Pierre nous exhorte ainsi : « [Soyez] toujours prêts à vous défendre avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous » (1 Pi 3.15). Comme David le dit, Dieu nous procure l’occasion de « [faire] connaître parmi les peuples ses hauts faits » (1 Ch 16.8). Tant de gens que nous aimons ne sont pas encore au terme de leur vie. Or, le privilège que nous avons de leur parler de l’amour de Jésus constitue un don des plus précieux. Randy - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire