LA MANNE


Après avoir gagné 314 millions de dollars à la loterie en 2002, un heureux propriétaire d’entreprise a exprimé de nobles désirs. Il voulait créer une fondation de bienfaisance, remettre au travail des personnes ayant été mises à pied et faire de belles choses pour sa famille. Étant déjà riche, il a déclaré à des journalistes que ce gros lot ne le changerait pas. Quelques années plus tard, un article complémentaire décrivait un tout autre aboutissement. Depuis qu’il avait remporté la plus grande de toutes les loteries, cet homme s’était attiré des problèmes avec la justice, il avait ruiné sa réputation et il avait perdu tout son argent au jeu. Or, un homme réfléchi du nom d’Agur a justement fait une mise en garde contre un tel brisement du cœur. Humilié par la conscience de ses propres inclinations naturelles (Pr 30.2,3), Agur voyait le danger d’en avoir trop ou de ne pas en avoir assez. Il a donc prié ainsi : « Ne me donne ni pauvreté, ni richesse, accorde-moi le pain qui m’est nécessaire, de peur que, dans l’abondance, je ne te renie et ne dise : Qui est l’Éternel ? Ou que, dans la pauvreté, je ne dérobe, et ne m’attaque au nom de mon Dieu » (v. 8,9). Agur savait de quels grands défis s’accompagnent tant la richesse que la pauvreté, mais également nos propres tendances. Chacune d’elles doit nous inviter à la prudence. Ensemble, elles nous montrent la nécessité d’avoir avec nous celui qui nous a enseigné à prier ainsi : « Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien » (Mt 6.11). Mart De Haan - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire