Pendant environ un an après que notre adolescent a obtenu son permis de conduire et s’est mis à utiliser un portefeuille, plusieurs personnes nous ont téléphoné pour nous informer qu’elles avaient trouvé son portefeuille quelque part. Nous avons donc conseillé à notre fils de se montrer plus prudent en évitant de le laisser derrière lui. Ce n’est toutefois pas toujours regrettable de laisser des choses derrière soi. Dans Jean 4, on lit l’histoire d’une femme venue puiser de l’eau à un puits. Cependant, après y avoir rencontré Jésus, elle a soudain changé d’idée. Laissant sa cruche derrière elle, la femme a couru raconter aux autres ce que Jésus lui avait dit (v. 28,29). Même son besoin physique d’eau est devenu moins vif comparé à celui qu’elle avait de parler aux autres de l’homme qu’elle venait de rencontrer. Pierre et André ont fait quelque chose de semblable lorsque Jésus les a appelés à lui. Ils ont laissé là leurs filets de pêche (leur gagne-pain) afin de suivre Jésus (Mt 4.18-20). Jacques et Jean ont laissé leurs filets, leur barque et même leur père pour répondre à l’appel de Jésus (v. 21,22). Il se peut que notre nouvelle vie, consacrée à suivre Jésus-Christ, nous appelle à laisser des choses derrière nous, y compris celles qui ne nous procurent aucune satisfaction durable. Ce que nous avons déjà désiré ardemment ne saurait se comparer à la vie et à « l’eau vive » que Jésus nous offre. Cindy - Pain Quotidien