Je ne crois pas en Dieu et je n’irai pas », a dit Mark. Amy en avait la gorge serrée. Son fils jadis joyeux était devenu un jeune homme maussade et peu coopératif. La vie s’était transformée en champ de bataille, et Amy en était venue à redouter les dimanches, car Mark refusait d’aller à l’église avec la famille. En désespoir de cause, ses parents ont fini par consulter un conseiller, qui leur a dit : « Mark doit faire son propre parcours de foi. Vous ne pouvez pas le faire entrer de force dans le royaume. Donnez à Dieu l’espace nécessaire pour accomplir son œuvre. Continuez de prier, et attendez. » Amy a donc attendu, et elle a prié. Un matin, les paroles de Jésus qu’elle venait de lire ont retenti dans son esprit. Les disciples de Jésus n’étaient pas parvenus à aider un garçon démoniaque, mais Jésus avait la solution : « Amenez-le-moi » (Mc 9.19). Les rayons du soleil ont traversé la fenêtre, dessinant à côté d’Amy un bassin de lumière sur le plancher. Si Jésus avait pu apporter la guérison dans une situation aussi extrême, il pouvait assurément aider son fils. Elle s’est alors imaginée avec Mark se tenant debout dans cette lumière avec Jésus. Puis elle s’est mentalement retirée, laissant son fils seul avec celui qui l’aimait encore plus qu’elle. Chaque jour, Amy confiait silencieusement Mark à Dieu, croyant fermement qu’il connaissait les besoins de son fils et qu’il œuvrerait en son temps et à sa façon dans la vie de Mark. Marion - Pain Quotidien