Par le passé, le fait de me sentir toujours plus pécheur à mesure que je me rapprochais de Dieu me dérangeait. Puis un phénomène que j’ai observé dans ma chambre m’a éclairé à ce sujet. Par un petit écart entre les rideaux de ma chambre s’infiltrait un rayon de lumière. En le regardant, j’y ai vu des particules de poussière en déplacement. Sans ce rayon de lumière, la chambre semblait propre, mais la lumière m’a révélé la présence de ces particules de poussière. Ce constat a mis en lumière ma vie spirituelle. Plus je m’approche du Seigneur de lumière, plus je me vois clairement. Lorsque la lumière de Christ brille dans les ténèbres de notre vie, elle expose nos péchés – non dans le but de nous décourager, mais de nous procurer l’humilité nécessaire à la foi en lui. Inutile de dépendre de notre propre droiture, car nous sommes pécheurs et privés de la gloire de Dieu (Ro 3.23). Lorsque l’orgueil s’empare de nous, la lumière révèle notre cœur et nous pleurons comme Ésaïe : « Malheur à moi ! […] car je suis un homme dont les lèvres sont impures […] et mes yeux ont vu le Roi, l’Éternel des armées » (És 6.5). Dieu est d’une perfection absolue. S’approcher de lui exige de notre part de l’humilité et la confiance d’un enfant, et non de l’égocentrisme et de l’orgueil. C’est par sa grâce qu’il nous attire à lui. Il est bon que nous ne nous sentions pas à la hauteur lorsque nous nous approchons de Dieu, car le fait de compter sur lui seul nous procure l’humilité. Lawrence - Pain Quotidien