Il était un temps où j’aimais les fêtes d’anniversaire. Je me rappelle encore m’être tenu avec anticipation sous le porche avant de la maison à attendre que mes amis arrivent à la fête de mon cinquième anniversaire. Il n’y avait pas que les ballons, les cadeaux et le gâteau qui me rendaient joyeux. J’étais heureux de ne plus avoir que 4 ans ! Je grandissais. En vieillissant, par contre, les anniversaires se sont avérés parfois plus décourageants qu’enthousiasmants. L’année dernière, à l’occasion d’un anniversaire me faisant changer de décennie, ma femme, Martie, m’a encouragé en me rappelant que je devais être reconnaissant à Dieu de vieillir. Elle a évoqué le Psaume 71, où le psalmiste parle de la présence de Dieu tout au long de sa vie. Il se souvient d’un fait : « Dès le ventre de ma mère je m’appuie sur toi » (Ps 71.6) et il déclare avec reconnaissance : « Ô Dieu ! tu m’as instruit dès ma jeunesse, et jusqu’à présent j’annonce tes merveilles » (v. 17). Et maintenant plus vieux, le psalmiste a l’honneur de proclamer la « force [de Dieu] à la génération présente, [sa] puissance à la génération future » (v. 18). Dieu avait béni le psalmiste de sa présence au cours de toutes les années de sa vie. Les anniversaires me rappellent maintenant la fidélité de Dieu. Et ils me rapprochent de mon entrée en présence de celui qui m’accompagne depuis toutes ces années ! Joe - Pain Quotidien