Au cours des huit cents dernières années environ, les Juifs ont ajouté une nouvelle coutume à leur cérémonie de mariage. À la toute fin de celle‑ci, le marié écrase un verre à vin sous son pied. Ce geste s’explique en partie par le fait que l’éclatement du verre symbolise la destruction du Temple en l’an 70. On encourage ainsi les jeunes couples à se rappeler, tandis qu’ils fondent leur propre foyer, que la maison de Dieu a été détruite. Dieu n’est toutefois pas sans foyer. Il s’est tout simplement choisi un nouvel endroit où vivre : en nous, ses disciples. Selon les métaphores scripturaires, les croyants constituent à la fois la mariée de Christ et le temple où Dieu vit. Dieu unit donc son peuple dans le but de se bâtir une nouvelle maison qui sera sa résidence permanente. En même temps, il prépare la mariée et planifie les noces auxquelles sera conviée toute la famille de Dieu depuis le début des temps. Notre rôle s’avère facile, bien qu’il soit parfois douloureux. Nous coopérons avec Dieu tandis qu’il oeuvre en nous de manière à nous rendre plus semblables à son Fils Jésus. Puis un jour, lors du plus merveilleux des mariages, notre Seigneur nous présentera à lui‑même sans tache ni ride. Nous serons alors saints et irréprochables (Ép 5.27). Par ailleurs, ce mariage mettra fin à la tristesse et à la souffrance sous toutes leurs formes. Julie - Pain Quotidien