Au cours d’une semaine typique, nous sommes nombreux à recevoir beaucoup de courriels nous rappelant des rendez‑vous, des événements à venir ou des requêtes de prière concernant une certaine personne. Ce sont tous des rappels nécessaires. Paul a terminé la « lettre sur papyrus » qu’il a adressée à Tite en écrivant : « Rappelle‑leur […] » (3.1). Nous pouvons présumer, d’après son choix de mots, que l’apôtre avait déjà abordé le même sujet. Par contre, celui‑ci était d’une telle importance pour les gens de l’Église que Paul y revenait afin qu’il ne tombe pas dans l’oubli. Remarquez ce que l’apôtre souhaitait qu’ils ne négligent pas. Il rappelait aux gens qui vivaient sous l’oppression des Romains « d’être soumis aux magistrats et aux autorités » (v. 1). Il importait que les chrétiens se fassent connaître par leur obéissance, par le bien qu’ils faisaient, par leur refus de médire, par leur attitude pacifique et miséricordieuse, et par leur humilité plutôt que par leurs plaintes. Leur conduite devait attester la transformation qui s’était opérée dans leur vie à la suite de Christ (v. 3‑5). Comment cela leur – et nous – a‑t‑il été possible ? Par le Saint‑Esprit, répandu sur nous avec abondance en Jésus‑Christ, nous pouvons pratiquer de bonnes oeuvres (v. 5,6,8). Grâce au don extraordinaire du salut en Jésus, nous sommes en mesure d’influencer notre monde pour son bien. Voilà un rappel dont nous avons tous besoin. Dave - Pain Quotidien