« Quelles belles funérailles ! » a déclaré Cindy, à notre sortie. Helen, notre amie, venait de mourir. Et ses amis ont célébré sa vie les uns après les autres par des anecdotes illustrant sa conduite souvent amusante. Reste qu’il n’y a pas eu que farces et rires dans la vie d’Helen. Son neveu a parlé de sa foi en Jésus et de son amour pour autrui. Elle l’avait pris sous son toit alors qu’il était jeune et en difficulté. Maintenant dans la vingtaine, voici ce qu’il avait à dire au sujet de sa tante Helen : « Elle était comme une mère pour moi. Elle n’a jamais baissé les bras malgré mes problèmes. Je suis certain que, sans elle, j’aurais perdu la foi. » Ça alors ! Quelle influence ! Helen s’appuyait sur Jésus et désirait que son neveu en fasse autant. Dans l’Ancien Testament, nous lisons que le roi David a pris chez lui un jeune homme du nom de Mephiboscheth dans le but d’user de bonté envers lui par amour pour son père, Jonathan (l’ami de David qui était mort ; voir 2 S 9.1). Des années plus tôt, la nourrice de Mephiboscheth avait fui avec lui en apprenant que le père de celui‑ci avait été tué ; l’enfant était alors tombé et était resté boiteux (4.4). Il s’est étonné que le roi prenne soin de lui ; il est allé jusqu’à se désigner lui‑même comme « un chien mort » (9.8). Reste que le roi l’a traité comme s’il était son propre fils (9.11). J’aimerais être ce genre de personne, et vous ? Quelqu’un qui se soucie des autres et qui les aide à garder la foi en Jésus même lorsque tout semble désespéré. Anne - Pain Quotidien