Ayant servi sous les drapeaux durant la Première Guerre mondiale, C. S. Lewis connaissait bien le stress associé au service militaire. Dans un discours public qu’il a donné durant la Seconde Guerre mondiale, il a décrit avec éloquence les épreuves que le soldat doit vaincre : « La crainte procède de l’adversité sous toutes ses formes et est omniprésente dans la vie du soldat en service actif. Comme la maladie, elle nous menace de souffrance et de mort. Comme la pauvreté, elle nous menace d’un mauvais logement, de froid, de chaleur, de soif et de faim. Comme l’esclavage, elle nous menace d’un dur labeur, d’humiliation, d’injustice et de règles arbitraires. Comme l’exil, elle nous sépare de tout ce que nous aimons. » L’apôtre Paul s’est servi de l’analogie d’un soldat éprouvé pour décrire les épreuves que le croyant est susceptible de subir au service de Christ. À la fin de sa vie, après avoir fidèlement souffert pour le bien de l’Évangile, Paul a encouragé Timothée à en faire autant : « Souffre avec moi, comme un bon soldat de Jésus‑Christ » (2 Ti 2.3). Servir Christ exige de la persévérance, car nous risquons de nous heurter à des obstacles comme une mauvaise santé, des relations qui battent de l’aile ou des situations difficiles. Par contre, à l’instar de bons soldats, nous courons vers le but – avec la force de Dieu –, car nous sommes au service du Roi des rois et du Seigneur des seigneurs, qui s’est sacrifié pour nous ! Dennis - Pain Quotidien