Un homme d’affaires chrétien et prospère a raconté son histoire à l’Église. Il nous a parlé avec candeur de ses combats par rapport à la foi et à sa grande fortune. Il a déclaré : « La richesse me fait peur ! » Il a cité Jésus à ce sujet : « Car il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume de Dieu » (Lu 18.25). Il a ensuite cité Luc 16.19‑32, qui porte sur le riche et Lazare, en précisant que, dans cette histoire, c’est le riche qui va en enfer. La parabole du « riche insensé » (Lu 12.16‑21) le déconcertait. Il a affirmé également : « Mais j’ai tiré une leçon du verdict que Salomon a rendu sur l’abondance de la richesse. Tout cela est “vanité” » (Ec 2.11). Il a résolu de ne pas laisser sa fortune nuire à sa consécration à Dieu. Il désirait plutôt le servir avec ses biens en aidant les gens dans le besoin. Au fil des siècles, Dieu a béni des gens sur le plan matériel. La Bible dit de Josaphat : « L’Éternel affermit la royauté […] qui eut en abondance des richesses et de la gloire » (2 Ch 17.5), qui ne l’ont poussé ni à l’orgueil ni à l’intimidation. Au lieu de cela, « [son] coeur grandit dans les voies de l’Éternel » (v. 6). De plus, « [il] marcha dans la voie de son père Asa, et ne s’en détourna point, faisant ce qui est droit aux yeux de l’Éternel » (20.32). Le Seigneur n’a rien contre la richesse, puisqu’il en a béni certains, mais il est tout à fait contre son acquisition malhonnête et sa mauvaise utilisation. Dieu est digne de la consécration de tous ses disciples. Lawrence - Pain Quotidien