Enfant dans les années 1950, j’allais souvent au cinéma local le samedi matin. Outre des dessins animés et un long métrage, il y avait une série d’aventures qui finissaient toujours avec le héros ou l’héroïne aux prises avec une situation inextricable. Il semblait n’y avoir aucune échappatoire, mais chaque épisode se terminait par les mots « à suivre… » L’apôtre Paul n’était pas sans ignorer les situations qui mettaient sa vie en danger. On l’a emprisonné, battu, lapidé, et naufragé tandis qu’il cherchait à répandre l’Évangile de Jésus-Christ. Conscient qu’il mourrait un jour, jamais il n’a considéré la mort comme la fin de l’histoire. Paul a écrit aux disciples de Jésus à Corinthe : « Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : « La mort a été engloutie dans la victoire » (1 CO 15.54). La passion de la vie de Paul exprime que Jésus, notre Sauveur, a livré sa vie sur la croix, afin que par la foi en lui, nous puissions recevoir le pardon de tous nos péchés et avoir la vie éternelle. Nous ne sommes pas comme les héros de cinéma qui échappent toujours à une mort certaine. Le jour viendra où notre vie terrestre touchera à sa fin, soit par la mort, soit par le retour de Christ. Néanmoins, par la grâce et la miséricorde de Dieu, l’histoire de votre vie et de la mienne est « à suivre ». David - Pain Quotidien