Chaque domaine offre un prix qui représente le summum de la reconnaissance et de la réussite. Une médaille d’or aux Olympiques, un prix Grammy, un Oscar et un prix Nobel font partie des « grands prix ». Chacun peut toutefois prétendre à un prix encore plus grand. L’apôtre Paul connaissait les Jeux olympiques du premier siècle, dans lesquels chaque concurrent faisait de son mieux pour gagner le prix. C’est avec cette pensée en tête qu’il a écrit à un groupe de chrétiens de Philippes : « Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ » (PH 3.7). Pour quelle raison ? Il visait un nouveau but : « Je connaîtrai Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances » (V. 10). C’est pourquoi il disait : « Je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus-Christ » (V. 12). Son trophée après avoir complété la course ? La « couronne de justice » (2 TI 4.8). Chacun peut convoiter ce prix, sachant qu’il honorera le Seigneur en le poursuivant. Nous nous rapprochons chaque jour du moment où nous remporterons le « grand prix », « le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus‑Christ » (PH 3.14). David - Pain Quotidien