Lorsque l’ange Gabriel est apparu à Marie, puis aux bergers, pour leur annoncer une bonne nouvelle pour le peuple (LU 1.26,27 ; 2.10), était-ce une bonne nouvelle pour l’adolescente ? Marie pensait peut-être : Comment vais-je expliquer ma grossesse à ma famille ? Mon fiancé, Joseph, rompra- t-il nos fiançailles ? Que diront les gens ? Même si on me laissait vivre, comment est-ce que je survivrai en tant que mère seule ? Lorsque Joseph a appris la grossesse de Marie, il en a été troublé. Trois options se présentaient à lui : épouser Marie, divorcer d’elle publiquement et l’exposer au ridicule, ou rompre les fiançailles dans la plus grande discrétion. Il a choisi la troisième option, mais Dieu est intervenu. Dans un rêve, il a dit à Joseph : « Ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit » (MT 1.20). Pour Marie et Joseph, Noël a débuté par la soumission à Dieu, malgré les vives émotions dont elle s’accompagnait. Ils s’en sont remis à l’Éternel et, ce faisant, nous ont démontré la véracité de la promesse de 1 Jean 2.5 : « Mais l’amour de Dieu est véritablement parfait en celui qui garde sa parole. » Puisse l’amour du Seigneur remplir nos coeurs durant la saison des Fêtes – et en tout temps –, tandis que nous marchons avec notre Dieu. Albert - Pain Quotidien