Personne ne peut se permettre le coût astronomique d’une guerre. Selon un site Web, 64 pays sont actuellement engagés dans des conflits armés. Quand et comment prendront-ils fin ? Nous voulons la paix, mais pas au prix de la justice. Jésus est né durant une période de paix, mais elle était contrainte. La Pax Romana (paix romaine) s’était imposée par une dure oppression et elle n’était possible que parce que Rome écrasait tout dissident. Sept siècles avant cette époque de paix relative, des armées hostiles à Jérusalem se sont préparées à l’envahir. Malgré l’ombre menaçante de la guerre, Dieu a prédit par Ésaïe : « Le peuple qui marchait dans les ténèbres voit une grande lumière […] Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule » (ÉS 9.1,5). Matthieu nous dit que la prophétie d’Ésaïe s’est accomplie lors de la venue de l’Enfant Roi (MT 1.22,23 ; Voir aussi ÉS 7.14). Nous adorons le nourrisson de la Nativité, mais il est également le Seigneur tout-puissant, « l’Éternel des armées » (ÉS 13.13). Un jour, il donnera « à l’empire de l’accroissement, et une paix sans fin au trône de David et à son royaume » (9.6). Un tel régime ne ressemblera en rien à la Pax Romana ; ce sera le règne du Prince de paix. Tim - Pain Quotidien