Dans la pile de courrier d’après Noël, j’ai découvert un trésor : une carte de Noël faite à la main et peinte sur du carton recyclé. De simples coups de pinceau à l’aquarelle évoquaient des collines auxquelles des conifères donnaient vie par un temps glacial. Centré au bas de la carte et encadré de baies rouges, le message suivant était écrit à la main : Peace be with you! (Que la paix soit avec vous !) L’artiste était un prisonnier et l’un de mes amis. En admirant son oeuvre, je me suis rendu compte que je ne lui avais pas écrit depuis deux ans ! Il y a très longtemps, un autre prisonnier négligé croupissait en prison. « Luc seul est avec moi », a écrit l’apôtre Paul à Timothée (2 TI 4.11). « [Personne] ne m’a assisté, mais tous m’ont abandonné » (V. 16). Ayant toutefois trouvé une source d’encouragement même en prison, Paul a écrit : « C’est le Seigneur qui m’a assisté et qui m’a fortifié » (V. 17). Il n’en reste pas moins que Paul a dû souffrir de solitude et se sentir abandonné. Au dos de cette superbe carte de Noël, mon ami avait noté : « Que la paix, la joie, l’espoir et l’amour que nous a procurés la naissance de Jésus vous accompagnent, toi et les tiens. » Il avait signé sa carte : « Ton frère en Christ ». Je l’ai affichée au mur afin de me souvenir de prier pour lui. Puis je lui ai écrit. Au fil de l’année à venir, tendons la main à ceux d’entre nos frères et soeurs qui sont les plus seuls. Tim - Pain Quotidien