« J’ai parfois l’impression que Dieu ne m’écoute pas. » Ces paroles, provenant d’une femme qui s’efforce de rester forte dans sa marche avec Dieu malgré les affres de l’alcoolisme de son mari, font écho au cri du coeur de nombreux croyants. Pendant nombre d’années, cette femme a demandé à Dieu de changer son mari. Ce qui ne s’est toutefois jamais produit. Que penser si nous ne cessons de demander à Dieu de nous accorder un certain bienfait – qui pourrait facilement le glorifier –, mais sans jamais obtenir gain de cause ? Nous tend-il l’oreille ou non ? Examinons la vie du Sauveur. Dans le jardin de Gethsémané, il a agonisé en prière pendant des heures, déversant son coeur devant le Père et l’implorant ainsi : « [Que] cette coupe s’éloigne de moi ! » (MT 26.39.) De toute évidence, le Père le lui a refusé. Afin de nous procurer le salut, Dieu se devait d’envoyer Jésus mourir sur la croix. Même si Jésus avait l’impression que son Père l’avait abandonné, il a prié avec intensité et passion parce qu’il avait la conviction que Dieu l’écoutait. Lorsque nous prions, il se peut que nous ne voyions pas Dieu à l’oeuvre ou que nous ne comprenions pas comment il tournera la situation à notre avantage. Il nous faut donc lui faire confiance, renoncer à nos droits et le laisser agir pour le mieux. Nous devons confier l’inconnaissable à celui qui est omniscient. Il nous tend l’oreille et règle les choses à sa manière. Branon - Pain Quotidien