Le sherpa Nawang Gombu né au Tibet, et l’Américain Jim Whittaker ont atteint le sommet du mont Everest le 1er mai 1963. En approchant de la cime, chacun a considéré l’honneur qui lui serait fait en étant le premier des deux à mettre le pied au sommet. Whittaker a fait signe à Gombu de prendre les devants, mais Gombu a décliné son offre en lui disant avec le sourire : « Vous d’abord, Grand Jim ! » Finalement, ils ont décidé de mettre le pied au sommet en même temps. Paul a incité les croyants de Philippes à manifester ce genre d’humilité : « Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres » (PH 2.4). L’égoïsme et le sentiment de supériorité peuvent diviser des gens, mais l’humilité les unit, car elle est la qualité même qui consiste à avoir « une même âme, une même pensée » (V. 2). Lorsque des querelles et des désaccords surgissent, il nous est souvent possible de les dissiper en renonçant à notre droit d’avoir raison. L’humilité nous appelle à user de grâce et de bonté plutôt qu’à insister pour obtenir gain de cause. « [Que] l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes » (V. 3). Nous exercer à l’humilité nous fait ressembler davantage à Jésus, qui, pour notre bien, « s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort » (V. 7,8). Le suivre revient à s’éloigner de ce qui serait le mieux pour soi et à faire ce qui serait le mieux pour autrui. Jennifer - Pain Quotidien