Fait de rondins habilement taillés à la main, le chalet d’époque était digne d’une couverture de magazine. Son architecture ne comptait toutefois que pour la moitié de la valeur de ce trésor. À l’intérieur, les murs étaient ornés d’objets du patrimoine familial imprégnant les lieux de souvenirs. Sur la table reposaient un panier à oeufs artisanal, une vieille planche à biscuits et une lampe à huile. Au-dessus de la porte avant était perché un chapeau de feutre plat usé par les éléments. « Il y a une histoire derrière chaque chose », a déclaré le propriétaire avec fierté. Il y avait aussi une « histoire » derrière chacune des instructions relatives à la construction du Tabernacle que Dieu a données à Moïse (EX 25-27). Le Tabernacle n’avait qu’une seule entrée, comme nous n’avons qu’un seul chemin menant à Dieu (Voir AC 4.12). L’épais voile intérieur séparait le peuple du lieu très saint, où résidait la présence de Dieu : nos péchés nous séparent de Dieu. Dans le lieu très saint se trouvait l’arche de l’alliance, qui symbolisait la présence de Dieu. Le souverain sacrificateur était un précurseur du plus grand Souverain Sacrificateur à venir : Jésus lui-même. Le sang des sacrifices était le présage du sacrifice parfait de Christ : « [Il] est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint […] avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle » (HÉ 9.12). Or, tout cela raconte ce que Christ allait faire pour que « ceux qui ont été appelés reçoivent l’héritage éternel qui leur a été promis » (V. 15). Tim - Pain Quotidien