La maison de Jenny est située le long d’une route de campagne que des gens empruntent souvent à l’heure de pointe pour éviter la congestion et les feux de circulation de la grande route à proximité. Un jour, des ouvriers sont venus en réparer la chaussée, très endommagée, en installant de grandes barrières et des panneaux « No Entry » (Entrée interdite). Je m’en suis inquiétée au début, nous dit Jenny, car je croyais ne plus pouvoir sortir ma voiture avant la fin des travaux. Puis en allant y voir de plus près, j’ai pu constater que les panneaux disaient en fait : « No entry : Access for Residents Only » (Entrée interdite : accès réservé aux résidents). Donc, ni déviations ni barrières pour moi. J’avais le droit de circuler à ma guise parce que je vivais là. Cela m’a procuré le sentiment d’être spéciale ! À l’époque de l’Ancien Testament, l’accès auprès de Dieu dans le Tabernacle et le Temple était malheureusement limité. Seul le souverain sacrificateur pouvait pénétrer au-delà du voile pour offrir des sacrifices dans le lieu très saint, et cela, une seule fois par année (LÉ 16.2-20 ; HÉ 9.25,26). Par contre, à l’instant même où Jésus est mort, le voile du Temple s’est déchiré du haut jusqu’en bas, montrant ainsi que la barrière qui séparait l’homme de Dieu avait été détruite à tout jamais (MC 15.38). En raison du sacrifice que Christ a consenti pour expier les péchés, tous ceux qui l’aiment et le suivent peuvent entrer en sa présence n’importe quand. Il leur a donné le droit d’accès auprès de lui. Marion - Pain Quotidien