Nous avions grand besoin d’entendre Dieu. On venait de nous demander d’ouvrir d’urgence notre foyer à deux jeunes enfants pendant trois mois, car une décision devait être prise au sujet de leur avenir. Avec déjà nos trois enfants plus vieux, l’idée de servir de parents à des enfants d’âge préscolaire semblait contrer nos projets de vie et exiger d’énormes efforts. Notre méditation quotidienne, d’un recueil de la missionnaire vétéran Amy Carmichael, nous a guidés vers des versets méconnus de Nombres 7. Amy a écrit : « Je me demande ce que les fils de Kehath ont ressenti. Tous les autres sacrificateurs avaient des chars tirés par des boeufs pour transporter leurs éléments de la tente d’assignation à travers le désert, mais eux devaient accomplir leur devoir en parcourant les sentiers pierreux et les sables brûlants, transportant les choses saintes leur ayant été confiées sur leurs épaules. Ont‑ils murmuré en eux‑mêmes, ayant le sentiment que les autres sacrificateurs l’avaient plus facile ? Peut‑être ! Reste que Dieu sait que certaines choses sont trop précieuses pour être transportées sur des chars à boeufs, alors il nous demande de les transporter sur nos épaules. » Mon mari et moi y avons vu la réponse à notre question. Nous avions souvent envisagé de parrainer un enfant d’un pays en voie de développement, mais sans jamais le faire. Cela aurait été plus facile que de transporter « sur nos épaules » ces deux enfants précieux, mais qui étions‑nous pour reprocher à Dieu de nous confier cette noble tâche ? Marion - Pain Quotidien