Au lever du soleil le premier jour du septième mois de l’an 444 av. J.‑C., Esdras s’est mis à lire la loi mosaïque (ce que nous connaissons comme étant les cinq premiers livres de la Bible). Se tenant sur une plateforme devant le peuple de Jérusalem, il l’a lue du début à la fin en six heures. Hommes, femmes, enfants s’étaient réunis à l’entrée de la ville connue comme la porte des eaux dans le cadre de la fête des Trompettes, une des fêtes que Dieu leur avait prescrit d’observer. Tandis qu’ils écoutaient Esdras, quatre réactions se sont démarquées des autres. Ils se sont tenus là debout avec respect à l’égard du livre de la loi (NÉ 8.5). Ils ont loué Dieu en élevant les mains et en disant « Amen ». Ils se sont inclinés dans une attitude d’adoration empreinte d’humilité (V. 6). Puis ils ont écouté attentivement la lecture et l’explication des Écritures qui leur étaient faites (V. 8). Quel jour extraordinaire que celui où la loi « prescrite par l’Éternel à Israël » (V. 1) a été lue à voix haute à l’intérieur de la muraille nouvellement reconstruite de Jérusalem ! Il se peut que le marathon de lecture d’Esdras nous rappelle que les paroles que Dieu nous adresse visent encore à alimenter nos louanges, notre adoration et notre instruction. En ouvrant la Bible et en y apprenant plus au sujet de Christ, louons Dieu, adorons‑le et cherchons à découvrir ce qu’il nous dit maintenant. Branon - Pain Quotidien