Dans les lois vétérotestamentaires, la vie semble simple. Obéis à Dieu, et il te bénira. Désobéis‑lui, et attends‑toi à avoir des ennuis. Il s’agit d’une théologie satisfaisante, mais la réalité est‑elle aussi simple ? L’histoire du roi Asa semble conforme à ce schéma. Tant qu’il a éloigné son peuple des faux dieux, son royaume a prospéré (2 CH 15.1‑19). Comme, plus tard, il s’est mis à compter sur lui‑même plutôt que sur Dieu (16.2‑7), la guerre et la maladie ont marqué le reste de sa vie (V. 12). À lire cette histoire, il est facile d’en tirer une conclusion simple. Par contre, dans la mise en garde qu’il a adressée à Asa, le prophète Hanani a dit que Dieu allait « soutenir ceux dont le coeur est tout entier à lui » (16.9). Pourquoi notre coeur doit‑il donc être affermi ? Parce qu’il est possible que, pour faire la bonne chose, cela exige courage et persévérance. Job a joué un rôle primordial dans une tragédie de taille cosmique. Son crime ? « [Être] un homme intègre et droit » (JOB 1.8). Joseph, faussement accusé de tentative de viol, a croupi en prison pendant des années – afin de servir les merveilleux desseins de Dieu (GE 39.19 – 41.1). Et Jérémie s’est fait battre et emprisonner (JÉ 20.2). Quelle infraction le prophète avait‑il commise ? Exprimer la vérité à un peuple rebelle (26.15). La vie n’est pas simple, et les voies de Dieu ne sont pas les nôtres. Il se peut que la bonne décision se paie le prix fort. Reste que, selon le plan éternel de Dieu, ses bénédictions arrivent à point nommé. Tim - Pain Quotidien