Il n’aurait pas dû se trouver là, mais sa douleur et l’isolement l’avaient poussé au désespoir. Sa vie se résumerait-elle à crier : « Impur ! Impur ! » chaque fois que quelqu’un s’approchait de lui ? À porter des vêtements déchirés pour signaler sa maladie… à se sentir si seul ? Il y avait longtemps qu’on ne l’avait pas étreint. Et s’il faisait lui-même un câlin à son épouse, à ses amis ou à sa famille, il les souillerait. C’est ce que la loi disait au sujet du contact avec les lépreux (LÉ 5.2,3). « Il habitera seul ; sa demeure sera hors du camp » (13.46). C’est ainsi qu’il vivait. Mais ce rabbin pouvait-il changer les choses ? L’homme avait entendu dire qu’il guérissait les gens. Le Maître ferait-il quelque chose pour moi aussi ? Il lui suffisait de se rapprocher de ce rabbin, et c’est ce qu’il a fait en tremblant. Le Maître connaissait les règles, mais il faisait les choses autrement. Il semblait si différent des autres enseignants : il était compatissant. « Je t’en prie », a supplié le lépreux, « si c’est selon ta volonté, peux‑tu me guérir ? » « Je le veux », a répondu le rabbin en lui tendant la main. Le saint Homme l’a touché ! Et la peau du lépreux a été guérie ! Ensuite, le rabbin lui a ordonné d’aller voir le sacrificateur, d’offrir des sacrifices et de faire ce que la loi exigeait (MC 1.44). Mais… de ne rien dire ? Eh bien, s’il le fallait. (Mais il pourrait en parler à quelques amis. Ils garderaient la chose secrète !) Mais ils ne l’ont pas fait. Et bientôt, Jésus n’a plus pu entrer dans les villes librement, mais il a dû en rester en périphérie, dans les endroits isolés (V. 45). Regardez ce qui est arrivé : Jésus a guéri un homme de la lèpre et lui a ainsi permis de regagner sa communauté, tandis que lui-même a fini par en être banni. Jésus a touché l’intouchable, et est devenu celui que l’on rejetait. Un échange incroyable. Un geste d’amour incroyable. Pain Quotidien