Lors d’un concert, un auditeur a demandé au parolier et interprète David Wilcox comment il composait ses chansons. Il a dit qu’il y avait trois dimensions à ce processus : un lieu calme, une page vierge et la question : « Que devrais‑je savoir ? » J’ai alors été frappé de constater combien c’était une façon merveilleuse pour les disciples de Jésus de chercher à connaître jour après jour le plan de Dieu pour leur vie. Durant tout son ministère public, Jésus a veillé à prier à l’écart. Après avoir nourri 5000 personnes avec cinq pains et deux poissons, il a envoyé ses disciples de l’autre côté de la mer de Galilée tandis qu’il dispersait la foule (MT 14.22). « Quand il l’eut renvoyée, il monta sur la montagne, pour prier à l’écart ; et, comme le soir était venu, il était là seul » (V. 23). Si le Seigneur Jésus jugeait nécessaire de se retrouver seul avec son Père, combien plus devons‑nous nous mettre à l’écart pour livrer notre coeur à Dieu, méditer sa Parole et nous préparer à suivre ses directives ? Un lieu calme : partout où se concentrer sur Dieu sans distractions. Une page vierge : un esprit réceptif, une page blanche, le désir d’écouter. Que devrais‑je savoir ? « Seigneur, parle‑moi par ton Esprit, ta Parole et l’assurance de ta direction. » De cette colline tranquille, Jésus est descendu dans une forte tempête en sachant exactement ce que son Père voulait qu’il fasse (V. 24‑27). David - Pain Quotidien