Dans son livre intitulé Jumping Through Fires (Traverser des feux d’un seul bond), David Nasser nous raconte son parcours de vie spirituelle. Avant qu’il entre en relation avec Jésus, des adolescents chrétiens lui ont offert leur amitié. Bien que, la plupart du temps, ses copains se montraient généreux, avenants et non critiques, David en a surpris un en train de mentir à sa petite amie. Se sentant coupable, le jeune fautif a fini par le confesser à cette dernière et par lui en demander pardon. David a dit qu’en y réfléchissant, cet incident l’avait rapproché de ses amis chrétiens. Il avait alors compris qu’ils avaient besoin de grâce, au même titre que lui. Nous n’avons pas à agir comme si nous étions parfaits avec les gens que nous connaissons. Il nous faut par contre avoir l’honnêteté d’admettre nos erreurs et nos combats. L’apôtre Paul s’est ouvertement dit être le pire de tous les pécheurs (1 TI 1.15). Il a aussi décrit sa lutte contre le péché dans Romains 7 : « [J’ai] la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien » (V. 18). Malheureusement, l’inverse était également vrai : « [Je] fais le mal que je ne veux pas » (V. 19). Le fait de parler de nos combats nous place au même niveau que tout le reste de l’humanité, exactement là où nous devrions être ! Par contre, grâce à Jésus‑Christ, nos péchés ne nous suivront pas dans l’éternité. Comme le dit le vieil adage, « les chrétiens ne sont pas parfaits, ils sont juste pardonnés ». Jennifer - Pain Quotidien