La veille du jour où mon mari devait rentrer d’un voyage d’affaires, mon fils a déclaré : « Maman ! Je veux que papa revienne à la maison. » Je lui ai demandé pourquoi, en m’attendant à ce qu’il mentionne les cadeaux que son père lui rapportait en général ou le regret qu’il éprouvait de ne pas pouvoir jouer à la balle avec lui. Il m’a cependant répondu sur un ton grave : « Je veux qu’il revienne parce que je l’aime ! » Sa réponse m’a fait réfléchir à notre Seigneur et à sa promesse de revenir : « Je viens bientôt », Jésus a‑t‑il dit (AP 22.20). Je désire ardemment son retour, mais pour quelle raison ? Est‑ce parce que je serai en sa présence, hors d’atteinte de la maladie et de la mort ? Parce que j’en ai assez de vivre dans un monde difficile ? Ou encore, parce qu’après l’avoir aimé depuis si longtemps, qu’il a partagé mes larmes et mes rires, qu’il est devenu plus réel à mes yeux que qui que ce soit, je désire être avec lui pour toujours ? Je suis heureuse que mon fils s’ennuie de son père lorsque celui‑ci est loin. Ce serait terrible s’il ne se souciait aucunement de son retour ou s’il croyait que son retour nuirait à ses projets. Que ressentons‑nous en pensant au retour du Seigneur ? Aspirons passionnément à ce jour, en déclarant avec sincérité : « Seigneur, reviens ! Nous t’aimons. » Keila - Pain Quotidien