Au cours de 2016, des troupes de théâtre en Grande-Bretagne et partout dans le monde ont mis en scène des productions spéciales pour souligner le 400e anniversaire de la mort de William Shakespeare. Des concerts, des conférences et des festivals ont attiré des foules désireuses de célébrer l’oeuvre impérissable de l’homme que l’on considère en général comme le plus grand des dramaturges de langue anglaise. Ben Jonson, l’un des contemporains de Shakespeare, a écrit à son sujet : « Il n’appartenait pas à son époque, mais à tous les temps. » Bien que l’influence de certains artistes, auteurs et penseurs puisse s’exercer pendant des siècles, Jésus‑Christ est le seul dont la vie et l’oeuvre transcenderont le temps. Il a déclaré : « C’est ici le pain qui est descendu du ciel […] celui qui mange ce pain vivra éternellement » (JN 6.58). Lorsque de nombreuses personnes ayant entendu les enseignements de Jésus s’en sont offusquées et ont cessé de le suivre (V. 61‑66), le Seigneur a demandé à ses disciples s’ils voulaient partir eux aussi (V. 67). Pierre lui a alors répondu : « Seigneur, à qui irions‑nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu » (V. 68,69). En accueillant Jésus en soi comme Seigneur et Sauveur, on joint les rangs de ses premiers disciples et de tous ceux qui le suivent depuis dans une nouvelle vie qui transcendera le temps. David - Pain Quotidien