Le corps de Christ » est une expression mystérieuse employée plus de trente fois dans le Nouveau Testament. L’apôtre Paul s’est particulièrement attaché à cette expression à titre d’image représentant l’Église. Après son ascension au ciel, Jésus a confié sa mission à des hommes et à des femmes imparfaits et maladroits. Il a assumé son rôle à la tête de l’Église, déléguant celui des bras, des jambes, des oreilles, des yeux et de la voix à ses disciples inconstants – ainsi qu’à vous et moi. La décision qu’a prise Jésus de servir de tête invisible à un immense corps aux multiples membres indique qu’il compte souvent sur nous pour que nous nous entraidions en périodes difficiles. L’apôtre Paul a dû entretenir à peu près la même pensée en écrivant : « [Dieu] nous console […] afin que […] nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans l’affliction ! Car, de même que les souffrances de Christ abondent en nous, de même notre consolation abonde par Christ » (2 CO 1.4,5). Et tout au long de son ministère, Paul a mis ce principe en pratique en faisant une collecte pour les victimes de la famine, en envoyant des gens apporter leur aide dans des régions éprouvées, en reconnaissant que les dons des croyants proviennent directement de Dieu. L’expression « le corps de Christ » décrit bien ce que nous sommes appelés à faire : incarner la ressemblance avec Christ, surtout auprès des gens dans le besoin. Philip - Pain Quotidien