Une parfumeuse new‑yorkaise se dit capable de reconnaître certaines combinaisons de senteurs et de deviner ainsi l’identité du parfumeur ayant créé la fragrance en question. Il lui suffit d’une seule respiration pour déclarer : « C’est l’oeuvre de Jenny. » En écrivant aux disciples de Christ à Corinthe, Paul s’est servi un jour d’un exemple qui a dû évoquer pour eux une armée romaine victorieuse qui brûle des parfums en traversant une ville conquise (2 CO 2.14). Le général passait le premier, suivi de ses troupes, puis de l’armée vaincue. Pour les Romains, le parfum d’encens était synonyme de victoire ; pour les prisonniers, il annonçait leur mort. Paul a dit que nous sommes pour Dieu le parfum de la victoire de Christ sur le péché. Dieu nous a donné la fragrance même de Christ, afin que nous devenions un sacrifice parfumé de louanges ; mais comment vivre de manière à étendre ce parfum aux autres ? Nous pouvons user de générosité et d’amour, et leur transmettre l’Évangile pour les conduire au salut. Nous pouvons aussi permettre à l’Esprit de manifester par nous son fruit d’amour, de joie et de bonté (GA 5.22,23). En nous regardant vivre, des gens se disent‑ils : « C’est l’oeuvre de Jésus ? » Lui permettons‑nous de répandre son parfum en nous, pour ensuite le faire découvrir à d’autres ? Christ est le Parfumeur suprême, la fragrance la plus exquise qui puisse exister. Keila - Pain Quotidien