Lorsque j’ai demandé à une amie sur le point de prendre sa retraite ce qu’elle appréhendait le plus par rapport à sa prochaine étape de vie, elle m’a répondu : « Je tiens à ne pas manquer d’argent. » Le lendemain, mon conseiller financier m’a expliqué comment procéder pour éviter que cela m’arrive. Il est vrai que nous cherchons tous à savoir avec certitude que nous aurons de quoi subvenir à nos besoins pour le reste de nos jours. Aucun plan financier ne peut nous le garantir ici bas, mais il en existe un qui va bien au‑delà de cette vie jusque dans l’éternité. L’apôtre Pierre décrit d’ailleurs ce plan ainsi : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus‑Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus‑Christ d’entre les morts, pour un héritage qui ne peut ni se corrompre, ni se souiller, ni se flétrir » (1 PI 1.3,4). Lorsque nous faisons confiance à Jésus pour qu’il nous pardonne nos péchés, nous recevons un héritage éternel par la puissance de Dieu. En raison de cet héritage, nous vivrons pour toujours sans jamais manquer de quoi que ce soit nous étant nécessaire. Si nous avons les moyens de le faire, c’est une bonne chose que de planifier en vue de sa retraite. Cependant, il importe davantage de veiller à acquérir un héritage éternel qui ne s’épuisera jamais et que seule la foi en Jésus‑Christ peut nous assurer. Branon - Pain Quotidien