Étant donné qu’il est si difficile de trouver de l’eau potable dans certaines régions du monde, une organisation nommée Water Is Life (L’eau, c’est la vie) a créé une merveilleuse ressource appelée « The Drinkable Book » (Le livre qui se boit). Le papier des pages de ce livre est revêtu de nanoparticules d’argent permettant de filtrer l’eau de manière à en éliminer près de 99,9 % des bactéries nocives ! Chaque page détachable peut être utilisée et réutilisée pour filtrer jusqu’à 100 litres d’eau au coût infime de quatre cents la page. Or, la Bible est également un livre exceptionnel « qui se boit ». Dans Jean 4, nous lisons au sujet d’une soif particulière et d’un genre d’eau spéciale. La femme au puits avait besoin de bien plus qu’étancher sa soif physique en buvant une eau pure. Elle avait aussi désespérément besoin de connaître la source d’« eau vive », de qui obtenir la grâce et le pardon que Dieu est seul à procurer. La Parole de Dieu est le livre ultime « qui se boit », mais qui nous amène également à nous tourner vers le Fils de Dieu en tant qu’unique source d’« eau vive ». Et ceux qui acceptent l’eau que Jésus leur procure pourront se désaltérer à « une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle » (V. 14). Cindy - Pain Quotidien