Pour parler de la foi en Jésus, nous utilisons parfois des mots que nous ne comprenons pas ou n’expliquons pas. L’un d’eux est le mot juste. Nous disons que Dieu possède la justice et qu’il justifie les gens, mais il peut s’agir ici d’un concept difficile à saisir. En langue chinoise, on rend le mot justice de manière très pratique. Il s’agit de la combinaison de deux sinogrammes. Celui du dessus désigne un agneau, alors que celui du bas signifie moi. L’agneau couvre donc la personne ou se trouve au‑dessus d’elle. Lorsque Jésus est venu dans le monde, Jean‑Baptiste l’a présenté ainsi : « l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde » (JN 1.29). Il faut que nos péchés soient éliminés parce qu’ils nous séparent de Dieu, dont la personne et les voies sont toujours parfaites et justes. Comme son amour pour nous est merveilleux, Dieu a fait en sorte que son Fils Jésus, « qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu » (2 CO 5.21). Jésus, l’Agneau, s’est sacrifié et a répandu son sang. Il nous en a couverts, nous protégeant ainsi du péché. Il nous justifie, nous faisant entrer dans une relation juste avec Dieu. Être en règle avec Dieu est un don de sa part. Jésus, l’Agneau, est la protection dont Dieu nous couvre. Anne - Pain Quotidien