Vous arrive-t‑il de vous parler à vous‑même ? Parfois, quand je travaille à un projet – généralement sous le capot d’une voiture ‑, je trouve utile de me parler à voix haute pour passer en revue mes options quant au meilleur moyen d’effectuer une certaine réparation. Si quelqu’un me surprend en pleine « conversation », il peut arriver que j’en éprouve un léger embarras – même si la plupart d’entre nous se parlent à eux‑mêmes tous les jours. Les psalmistes se sont souvent parlé à eux‑mêmes. L’auteur du Psaume 116 n’y fait d’ailleurs pas exception. Dans le verset 7, il écrit : « Mon âme, retourne à ton repos, car l’Éternel t’a fait du bien. » Se remémorer la bonté et la fidélité passées de Dieu constitue pour lui une source pratique de consolation et d’aide présentes. Or, ces « conversations » ponctuent souvent le livre des Psaumes. Dans le Psaume 103.1, David se dit d’ailleurs : « Mon âme, bénis l’Éternel ! Que tout ce qui est en moi bénisse son saint nom ! » Et dans le Psaume 62.6, il affirme ceci : « Oui, mon âme, confie‑toi en Dieu ! Car de lui vient mon espérance. » Il est bien de nous rappeler la fidélité de Dieu et l’espoir que nous avons en lui, en nous inspirant de l’exemple du psalmiste qui s’emploie à nommer les nombreuses façons dont Dieu use de bonté envers nous. Ce faisant, nous en tirerons un encouragement. Le même Dieu qui s’est montré fidèle par le passé continuera à l’avenir de nous prodiguer son amour. James - Pain Quotidien