Lors d’une retraite d’hiver en Nouvelle‑Angleterre, un des hommes a demandé : « Quel a été votre plus beau cadeau de Noël entre tous ? » Un athlète semblait impatient de répondre. « C’est facile », a‑t‑il dit, en regardant son ami assis à côté de lui. « Il y a quelques années, j’ai terminé mes études collégiales certain de jouer au football professionnel, mais j’ai été fâché de ne pas voir mes espoirs se réaliser. L’amertume me rongeait l’intérieur, et j’en éclaboussais quiconque cherchait à me venir en aide. » « La deuxième saison sans jouer au football, j’ai assisté à une pièce de Noël à l’église de ce gars‑là », dit‑il, en faisant un geste vers son ami. « C’était pas parce que je voulais Jésus, mais juste pour voir ma nièce dans son spectacle. C’est difficile de décrire ce qui s’est passé ensuite, parce que ça semble insensé, mais au beau milieu de cette pièce de jeunes, j’ai éprouvé le besoin de me retrouver parmi les bergers et les anges qui rencontraient Jésus. Lorsque la foule a eu terminé de chanter “Sainte nuit”, je suis resté là à pleurer. Et ce soir‑là, j’ai reçu mon meilleur cadeau de Noël d’entre tous quand ce gars‑là a laissé sa famille rentrer à la maison sans lui pour me conduire à la rencontre de Jésus. » Son ami s’est alors écrié : « Et c’est ça, les gars, qui a été mon meilleur cadeau de Noël d’entre tous ! » Puissions‑nous, ce Noël, choisir de raconter l’histoire de la naissance de Jésus avec simplicité et joie. Randy - Pain Quotidien