L’artiste français Henri Matisse trouvait que c’est au cours de ses dernières années de vie que son oeuvre le représentait le plus fidèlement. Durant cette période, il a fait des expériences visant l’élaboration d’un nouveau style, créant des images colorées à grande échelle à l’aide de papier au lieu de peinture. Il a décoré les murs de sa chambre de ces images aux couleurs éclatantes, auxquelles il accordait un grand prix du fait qu’on lui avait diagnostiqué un cancer qui l’obligeait souvent à garder le lit. Tomber malade, perdre un emploi ou vivre une peine de coeur sont des exemples de ce que certains appellent « traverser la vallée », où la tristesse assombrit tout. Le peuple de Juda l’a vécu en entendant dire qu’une armée ennemie approchait (2 CH 20.2,3). Son roi a alors prié : « S’il nous survient quelque calamité […] nous crierons à toi du sein de notre détresse, et tu exauceras et tu sauveras ! » (V. 9.) À cela, Dieu a répondu : « [Demain], sortez à leur rencontre, et l’Éternel sera avec vous ! » (V. 17.) À son arrivée sur le champ de bataille, l’armée de Juda a constaté que ses ennemis s’étaient entretués. Le peuple de Dieu a alors passé trois jours à récupérer l’équipement, les vêtements et les biens précieux abandonnés sur place. Avant de repartir, les Israélites se sont réunis pour louer Dieu et ont nommé cet endroit « la vallée de Beraca », qui signifie « bénédiction ». Comme Dieu traverse avec nous les vallées de la vie, il peut nous faire découvrir les bénédictions qu’elles recèlent. Jennifer - Pain Quotidien