Notre fils a lutté contre un problème de toxicomanie pendant sept ans, une période très éprouvante pour ma femme et moi. En priant et en attendant qu’il se remette, nous avons appris à célébrer de petites victoires. Si rien ne se produisait pendant vingt‑quatre heures consécutives, nous nous disions l’un l’autre : « La journée a été bonne. » Cette courte phrase est d’ailleurs devenue un rappel de la nécessité de remercier Dieu pour son aide dans les moindres choses de la vie. Niché dans Psaume 126.3 se trouve un rappel encore meilleur des miséricordes de Dieu et de ce qu’elles signifient pour nous : « L’Éternel a fait pour nous de grandes choses ; nous sommes dans la joie. » Ce merveilleux verset nous tient à coeur, car il nous rappelle la compassion dont Jésus a usé envers nous à la croix ! Le lot de difficultés de toute journée ne saurait changer la vérité selon laquelle, peu importe ce qui risque de se produire, notre Seigneur a déjà manifesté une bonté inimaginable à notre égard, et « sa miséricorde dure à toujours » (PS 136.1). Si nous avons traversé une dure épreuve et que nous avons découvert par elle la fidélité de Dieu, le fait de nous remémorer cette réalité nous aidera considérablement à traverser la prochaine mer déchaînée. Il se peut que nous ignorions comment Dieu s’y prendra pour nous en faire triompher, mais la bonté dont il a usé envers nous par le passé nourrira en nous l’assurance qu’il continuera d’agir de la sorte. James - Pain Quotidien