Dans l’espoir de gagner en maturité spirituelle et en gratitude, Sue s’est fait ce qu’elle appelle un vase de gratitude vivante. Chaque soir, elle écrivait sur un bout de papier une chose dont elle était reconnaissante à Dieu et le déposait ensuite dans son vase. Certains jours, les louanges lui venaient facilement ; d’autres fois, elle avait du mal à trouver un seul sujet. À la fin de l’année, elle a relu tous les mots que contenait son vase, louant ainsi Dieu de nouveau pour tout ce qu’il avait fait. Il lui avait accordé de petites choses comme un magnifique coucher de soleil ou une soirée assez fraîche pour lui permettre d’aller marcher dans un parc, ainsi que de grandes choses comme la grâce de surmonter une situation difficile ou l’exaucement d’une prière. La découverte de Sue m’a rappelé ce que le psalmiste David a dit avoir vécu (PS 23). Dieu l’a fait se reposer « dans de verts pâturages » et « près des eaux paisibles » (V. 2). Il l’a conduit, protégé et rassuré (V. 3,4), ce dont David a d’ailleurs conclu : « Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront tous les jours de ma vie » (V. 6). Je vais me faire cette année un vase de gratitude vivante. Vous plairait‑il d’en faire autant ? Je crois que nous découvririons ainsi de nombreuses raisons de remercier Dieu – y compris le don de nos amis et de nos proches, et la générosité avec laquelle il comble nos besoins physiques, spirituels et émotionnels, car sa bonté et son amour ne nous quittent jamais. Anne - Pain Quotidien