Nous étions sept à tenter de nous asseoir dans la même rangée pour assister à un concert donné dans un parc d’attractions bondé, mais une femme est venue vite s’interposer entre nous. Ma femme lui a alors indiqué que nous souhaitions rester ensemble, mais la nouvelle venue lui a répondu « Tant pis ! » en s’installant là malgré tout avec ses deux compagnons. Tandis que trois d’entre nous nous installions dans la rangée derrière celle qu’occupaient les quatre autres, ma femme, Sue, a remarqué que l’intruse était accompagnée d’un adulte qui semblait être handicapé. Elle s’était efforcée de garder son petit groupe uni pour veiller sur son ami. Soudain, notre irritation s’est estompée, et Sue a alors déclaré : « Imaginez combien ce doit être difficile pour elle d’être dans un lieu aussi bondé. » Oui, peut‑être que cette femme s’était montrée impolie, reste que nous devrions agir envers elle avec compassion, plutôt qu’avec colère. Où que nous allions, des gens auront besoin de compassion et de grâce. Or, peut‑être pourrions‑nous nous laisser inspirer en ce sens par les paroles de l’apôtre Paul : « Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien‑aimés, revêtez‑vous d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience » (COL 3.12), en ajoutant : « Supportez‑vous les uns les autres, et […] pardonnez‑vous réciproquement » (V. 13). En usant de compassion, nous attirerons l’attention des gens sur celui qui a répandu sa grâce et sa compassion sur nous. Branon - Pain Quotidien