Un des airs préférés de ma petite‑fille compte parmi les airs militaires de John Philip Sousa, compositeur américain de la fin du XIXe siècle surnommé « le roi des marches militaires ». Moriah ne fait pas partie d’une fanfare, car elle n’est âgée que de 20 mois. Cette musique, dont elle peut même fredonner quelques notes, lui plaît tout simplement. Elle l’associe à des moments joyeux. Lorsque nous nous réunissons en famille, nous fredonnons souvent cette marche en frappant des mains et en faisant d’autres bruits au rythme desquels nos petits‑enfants dansent ou se pavanent en tournant en rond. Tout cela se termine toujours avec des enfants étourdis et beaucoup de rires. Nos bruits joyeux me rappellent le psaume qui nous exhorte à venir à Dieu avec allégresse en sa présence (PS 100.2). Lorsque le roi Salomon a procédé à la dédicace du Temple, les Israélites ont célébré l’occasion par des chants de louanges (2 CH 7.5,6). Il se peut que le Psaume 100 ait été de leur nombre. Ce psaume déclare ceci : « Poussez vers l’Éternel des cris de joie. Vous tous, habitants de la terre ! Servez l’Éternel, avec joie, venez avec allégresse en sa présence ! […] Entrez dans ses portes avec des louanges, dans ses parvis avec des cantiques ! Célébrez‑le, bénissez son nom ! » (V. 1,2,4.) Pourquoi ? « Car l’Éternel est bon ; sa bonté dure toujours » (V. 5). Notre Dieu de bonté nous aime ! En guise d’expression de notre gratitude, poussons donc vers lui des cris de joie (PS 100.1). Alyson - Pain Quotidien