La dame âgée de la maison de retraite ne parlait à personne et ne demandait rien. On aurait dit qu’elle ne faisait qu’exister, se berçant dans sa vieille chaise grinçante. Comme elle avait rarement des visiteurs, une jeune infirmière profitait souvent de ses pauses pour aller la voir dans sa chambre. Sans lui poser de questions pour l’amener à parler, l’infirmière se contentait de tirer une autre chaise à côté de la dame en question et de se bercer avec celle‑ci. Au bout de plusieurs mois, la dame âgée lui a dit : « Merci de vous bercer avec moi. » L’aînée lui était reconnaissante de sa compagnie. Avant de retourner au ciel, Jésus a promis à ses disciples de leur envoyer un compagnon de tous les instants. Il leur a dit qu’il ne les abandonnerait pas à eux‑mêmes, mais qu’il enverrait plutôt le Saint‑Esprit habiter en eux (JN 14.17). Or, cette promesse tient toujours pour ceux qui croient en Jésus à notre époque. Jésus a dit que le Dieu trinitaire fait sa « demeure » en nous (V. 23). Le Seigneur est notre compagnon intime et fidèle tout au long de notre vie. Il nous guidera durant nos pires épreuves, il nous pardonnera nos péchés, il écoutera chacune de nos prières silencieuses et prendra sur lui les fardeaux trop lourds pour que nous les portions. Nous pouvons jouir dès aujourd’hui de sa douce compagnie. Anne - Pain Quotidien