La grossesse de Kelly présentait des complications, et les médecins s’en sont inquiétés. Au cours de son long accouchement, ils ont décidé de l’emmener à toute allure subir une césarienne. Malgré cette épreuve, Kelly a vite oublié ses douleurs lorsqu’elle a tenu son fils nouveau-né dans ses bras. La joie avait remplacé l’angoisse. « La femme, lorsqu’elle enfante, éprouve de la tristesse, parce que son heure est venue ; mais, lorsqu’elle a donné le jour à l’enfant, elle ne se souvient plus de la souffrance, à cause de la joie qu’elle a de ce qu’un homme est né dans le monde » (JN 16.21). Jésus s’est servi de cette illustration pour convaincre ses disciples que, même s’ils seraient tristes de le voir partir sous peu, leur tristesse se changerait en joie lorsqu’ils le reverraient (V. 20-22). Jésus faisait allusion à sa mort et à sa résurrection, ainsi qu’à ce qui s’ensuivrait. Après sa résurrection, à la grande joie de ses disciples, Jésus a passé quarante jours de plus à marcher avec eux et à les instruire avant de monter au ciel en les quittant de nouveau (AC 1.3). Pourtant, Jésus ne les a pas abandonnés à leur chagrin, puisque le Saint-Esprit allait les remplir de joie (JN 16.715 ; AC 13.52). Sans jamais avoir vu Jésus face à face, en tant que croyants, nous avons l’assurance qu’un jour cela se fera et que nous oublierons alors nos angoisses actuelles. D’ici là, le Seigneur ne nous laisse toutefois pas sans joie, puisqu’il nous a donné son Esprit (RO 15.13 ; 1 PI 1.8,9). Alyson - Pain Quotidien