Une gloire à couper le souffle

Un des plaisirs qu’il y a à visiter l’Europe consiste à voir les grandes cathédrales éparpillées dans ses paysages. D’une beauté à couper le souffle, elles s’élèvent vers le ciel. L’architecture, l’art et le symbolisme propres à ces étonnants édifices nous captivent et nous émerveillent par leur splendeur. En réfléchissant au fait que ces structures ont été bâties pour refléter la magnificence de Dieu et sa splendeur inégalable, je me suis demandé comment faire revivre dans notre cœur et notre esprit un sentiment comparable devant la grandeur de Dieu et nous rappeler sa toute‑puissance. Un moyen d’y parvenir consiste à regarder au‑delà des structures admirables et somptueuses de l’homme pour contempler la majesté de ce que Dieu a lui‑même créé. Contemplez une nuit étoilée et réfléchissez à la puissance que Dieu a déployée en donnant vie à l’univers par sa parole. Tenez un nouveau‑né dans vos bras et remerciez Dieu pour le miracle de la vie en soi. Regardez les sommets aux neiges éternelles de l’Alaska ou l’imposant océan Atlantique qui grouille des millions de créatures que Dieu a faites et imaginez la puissance qui permet à cet écosystème de fonctionner. L’humanité n’a pas tort de tendre vers le ciel au moyen de structures visant à nous diriger vers Dieu. Nous devrions cependant réserver notre admiration la plus pure à Dieu même en lui disant : « À toi, Éternel, la grandeur, la force et la magnificence, l’éternité et la gloire » (1 CH 29.11). Branon - Pain Quotidien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire